Monthly Archives: 2011(e)ko apirila

Lyrics in english

(Translation: Stephen Moran)

LEARN HOW TO LOSE

A cyclist peddles up the mountainside / a domestique all on his own / his mouth dry, his back bent double. / I look at him, he looks back at me. / I wanted his water bottle / but it is his sweat I get. // How do you learn to lose, / to lose straight from the start, / to be last?

The finish line is still far off, the cyclist has long lost heart, / his ears are deaf, his pulse is racing. / I look at him, he looks back at me. / I was looking for a gift / but it is his wheezing spittle I get. // How do you learn to lose (…)? / I look at him, he looks back at me. / He flings me his bottle, to the side of the road. // How do you learn to lose (…)?

 

IRUÑA MOTOR CITY

50 years ago / they opened a lot of factories here in the city, / and one of them was Authi-Morris in Landaben, / and that’s when / Iruñea became automobile / Iruñea Motor City. // Then came the petrol crisis, / and Seat snapped up Authi-Morris, / then it was Volkswagen, / and that’s what it is today, / Iruñea became automobile / Iruñea Motor City. // All the cars they’ve made are small and compact, / the Mini, 124 and Polo. / Hey! Don’t we deserve a big fancy motor? // With the delocalization/ of the current car industry, / which has pushed Detroit to decadence, / in the future will we cease to be Iruñea automobile, / Iruñea Motor City?

 

CHILDHOOD DAYS

Childhood days / memorable days / some brilliant / some overcast. // Our grandparents’ smiles / getting angry with friends / the smell of ripe fruit… still alive in the soul. // Memory is not the same as nostalgia. / Will we drown in the waters of the past? // Childhood days / memorable days / some brilliant / some overcast. // Long hours at school, / even longer at church, / those spent in play outside seemed much shorter, / the best.// The first love, / hidden in silence, / quickly forgotten, / no time for jealousy. // Memory is not the same as nostalgia… // Childhood days / memorable days / some brilliant / some overcast. // Our grandparents’ smiles / getting angry with friends / the smell of ripe fruit… still alive in the soul. //

 

ON THE SWING

I live on path to the graveyard, / in the new neighbourhood for the bipolar, / blown about by all the winds. / Strangers cut / the lilies and roses / that grow along the path. / I hide in a corner, / while the hours away, / hanging from a branch.// Up and down on the swing, / and down and up, / back and forth on the swing, / forth and back. // In the gravediggers’ pub, / on the outskirts of town, / I can hear the best sounds. / I sing, whistle and dance my way / to my hidden corner, / you wanna come with me? / We´ll be together / for all the hours and days we want, / hanging from a branch, // Up and down on the swing (…)

 

THE THREE BROTHERS

You don´t know me. // You don´t know me, I´m not your friend, / you´ve got it wrong, I´m not the one you´re talking about. // The one who works and works, / the one who goes to church on Sundays, / the one who always wins at cards, / that´s not me, that´s my big brother. // You don´t know me (…) // The party-animal, / the ladies’man, / the one who has tried all the drugs / that´s not me, that´s my little brother. // The one who lives happily in the clouds, / the one who knows how to keep up appearances, / the one who´s never got anything to say / that´s not me, that´s my twin brother. // You don´t know me.

 

THE WORDS OF NEZAHUALCOYOTL

I Netzahualcóyotl ask: / Do we really live rooted to this Earth? Not on Earth forever: / only here a short time. / Even if it is of jade, it cracks, / though gold it may be, it breaks, / although it is Quetzal plumage, it becomes shredded. / Not on Earth forever: / only here a short time.//

I am drunk and upset, I weep, / I think, I say, / I find it inside myself: / If I were never to die, / never to disappear. / There, where death does not exist, / where death conquers, / There I would go… /If I were never to die, / never to disappear.//

My blossoms shall not die / nor my songs cease. / I, singer, raise them high, / they spread and scatter. / Even when the flowers blanch and wither, / thither they shall be carried, / into the house, / of the bird with the golden feathers.

 

TWO STARS

Two stars have appeared in the sky / following the passing of two musician friends, / while they may appear dull in the sky, / they glint and flash in our hearts. // One loved Mexican cantinas, / the other, the flashing darkness of neon. // Both had music in their veins / and they lived life to its full. // Marco Antonio didn´t have the greatest voice in the world / but he had exceptional wit. / Though I didn´t understand Josetxo`s lyrics in English / there was a great tension in his words. // I don`t know if they`ll ever meet, / now they are both in the heaven of humble myths. // Two stars have appeared in the sky, / they glint and flash in our hearts.

 

US AND ME

We´ve been together since we were kids, / school, friends and San Fermin. / Great in winter and summer too, / whatever we thought of we´d just do. / We didn’t need a lot: / a few beers, el Sadar (Football stadium) and whatever came along, / they were eleven, we were ten, / but all together we were strong. // You shout: Long live me and you! / but tell me , my friend, / what about the others?// We ain´t young and we ain`t old, / many years have already passed, / With the help of the gods, / I think we`ll still last. / I´m not as sure as I used to, / fears starting to creep in, / so many lies I´ve swallowed, / the future leaves me dumbfounded. // You shout…

 

ON THE SEASHORE

I´d like to be on the seashore, in the salty sea breeze, / my heart beating in time with the waves. / I´d like to spend hours on the tidal flats, / lost all day in the distant horizon. // At high tide I sit on the cliff-top, / when it`s low, I wander along the beach. // I`d like to live on the seashore, build a house there, / so I could watch and hear the rolling waves. // Walk soaked to the skin at equinox / and sleep under the stars of the summer solstice. // I´d like to be on the seashore, in the kingdom of bikinis, / songs by Los Uskis in my ears, a mojito in my hands. // Though I`m from inland, I dream of sailboats, / and though I´m no sailor, I’d surely set sail.

 

I´VE SCREWED UP

You´re in a fix and / I wanted to help you out. / Not knowing what to do / my good intentions are soon shot. // I´ve screwed up, I`ve screwed up. // If someone is going through a bad time, you gotta be close and lend a hand. / I`ve been far from you / and my concern is now of little help. // I´ve screwed up, I`ve screwed up. // If you end up tossed out on the street, all down and out / I’m not to blame. / Maybe that´s when you could use my hand, but until then // I´ve screwed up, I`ve screwed up.

 

TONIGHT

Tonight I don´t know what I´m feeling inside, / in my body, in my mind… don´t know what it is. / It´s like a light went out, / and I´m lost in the darkness of night, how long? / How long will I be lost in this dark night? // So, I sit back and rest, trying to calm myself down, / but five minutes later I´m fretting again, / just when I was riding high, been shot down, / Will I be able to get myself back together? // My voice is lost, no strength in my muscles, / I need some air, my heart crestfallen… / I´d love to sing, But it is just impossible. // I don´t know what I´m gonna do tonight, / if I don´t get some help from my friends. / My voice is one with all of yours, / together, side by side, we´ll sing. / We´ll sing together, side by side: / sha-la-la-la-la-la-la, sha-la-la-la-la-la-la.

 

DANCING TIME IS ALMOST OVER

Cause I never learnt the arin-arin (local Basque dance) , the mambo or the twist / I stayed far away from the dancefloor / when I was a kid. // At the local dance / I´d halfheartedly try, / but I couldn´t hold the rhythm / the way I could hold a glass. // Dancing time is almost over // Cause they were easier, / every now and again / I´d try my hand at Rock `n´ Roll,, a waltz or ska / but I almost end up falling over. // The dancing bug has come and bitten me: / gonna learn to dance. / My waist and legs are pumping to go, / but I still feel as silly as ever. // Dancing time is almost over.

 

IN THE SNOW

In the snow, / when time goes slowly, / and footsteps, / may be coming or going. / Gusts of wind, whistling, / snowflakes swirling to drifts. // Under the snow, / when everything is hidden, / and dreams / drift off to sleep in that great white blanket. / Violent, stormy wind, snowflakes swirling to drifts. // In the snow, / when ice freezes the world, / and on branches, / perch silent birds. // In the cold wind, silence, snowflakes swirling to drifts.

 

A BIG, BIG FAN

We have a friend, a fanatical fan; / wherever the group goes, he´s always there. / Because of him, we know how good we are / and how much the world would lose if we weren´t here. // He´s always there for us, our fanatical fan. / We don´t need anything, no manager, record, network, no nothing at all. / He´s our voice, friend and travelling companion. // Fan, fan, fan, a fanatical fan. / We´ve only got one, that´s enough for us. // We´ll eventually switch off, not our fanatical fan. / As long as he can breathe, / he´ll never give up, even from his grave / he´ll be heard to proclaim / Balerdi´s fame. // Fan, fan, fan, a fanatical fan. / We´ve only got one, that´s enough for us. // Enough, enough…

 

 

Paroles en français

MÉTHODE POUR APPRENDRE À PERDRE

Un cycliste qui grimpe la montagne/un coéquipier totalement seu/la bouche sèche et le dos courbé/ je l´ai regardé et il m´a regardé./ je voulais le bidon, ses gouttes de sueur m´ont atteint:// comment peut-on apprendre à perdre/ à preder depuis le début , à toujours perdre,/ à être le dernier? //Le cycliste est loin de la ligne d´arrivée, / cela fait longtemps qu´il est découragé,/ sans rien écouter, les pulsations au maximum/Je l´ai regardé et il m´a regardé./ je voulais un cadeau/ les restes de son haleine m´ont atteint//comment peut-on apprendre à perdre/ à preder depuis le début , à toujours perdre,/ à être le dernier? // Je l´ai regardé et il m´a regardé. / Il m´a jeté le bidon au fossé-//comment peut-on apprendre à perdre/ à perdre depuis le début , à toujours perdre,/ à être le dernier?

PAMPELUNE MOTOR CITY

Il y a 50 ans/ on a implanté beaucoup d´entreprises dans la ville/ parmi elles l´Authi-Morris de Landaben,/ et alors Pampelune est devenue la ville des automobiles/Pampelune Motor-City./ À la suite de la crise du pétrole / le groupe Seat a acheté Authi-Morris, / ensuite Volkswagen a acquis Seat / et de cette façon Pampelune a continué à être la ville des voitures/ Pampelune Motor City// presque toutes les voitures fabriquées à Pampelune sont petites/ Mini, 124, polo/ Est-ce qu´on ne mérite pas une grosse voiture haut de gamme?// Avec la délocalisation / dans l´industrie de l´automobile de nos jours/ tel qu´il s´est produit à Detroit/ À l´avenir Pampelune ne sera plus la ville de l´automobile? Pampelune Motor City

JOURS D´ENFANCE

Jours d´enfance, / jours mémorables, / Quelques-uns brillants, d´autres sombres// Les rires des grands-parents, / les conflits avec les amis, / les arômes des fruits mûrs …vivant dans l´esprit .// Le souvenir et la nostalgie ne sont pas la même chose/. On va se noyer dans les eaux du passé?// De longues heures à l´école, / beacoup plus longues à l´église/ celles des jeux dans les rues, les plus courtes, les meilleures.// Le premier amour, /caché dans le silence , / très tôt oublié, sans causer de peine.//Le souvenir et la nostalgie ne sont pas la même chose/. On va se noyer dans les eaux du passé?Jours d´enfance, / jours mémorables, / Quelques-uns brillants, d´autres sombres// Les rires des grands-parents, / les conflits avec les amis, / les arômes des fruits mûrs …vivant dans l´esprit

DANS LA BALANÇOIRE

J´habite du côté du cimetière,/ dans le nouveau quartier des bipolaires/ frappé par tous les vents./Les inconnus coupent/ des lys et des roses qui poussent/ dans le parc à côté du chemin. /Je me cache dans un coin, / Je passe là-bas longtemps accroché à une branche/ en me balançant du haut en bas/ en me balançant en avant et en arrière//. Dans le bistrot des fossoyeurs/ qui est au bout de la ville/ on peut écouter la meilleure musique/ Je vais en dansant et en sifflant vers mon coin caché .// Tu viendras avec moi?/ On pourra passer ensemble les heures et les jours qu´on voudra,/ acchochés à une branche / en nous balançant du haut en bas/du bas en haut / en me balançant en avant et en arrière,/ en arrière et en avant.

TROIS FRÈRES

Tu ne me connais pas.// Tu ne me connais pas , je ne suis pas ton ami,/ tu te trompes avec moi, je ne suis pas celui dont tu parles.// celui qui travaille tous les jours avec persévérence,/ celui qui va à la messe tous les dimanches, / celui qui gagne toujours au mus/ ce n´est pàs moi, c´est mon frère aîné.// Tu ne me connais pas , je ne suis pas ton ami,/ tu te trompes avec moi, je ne suis pas celui dont tu parles.// celui qui fait la fête, le dragueur sans pareil,/ celui qui a goûté à toutes les drogues/ ce n´est pas moi, c´est mon petit frère// celui qui vit dans les nuages/ celui qui sait garder parfaitement les apparences/ celui qui ná aucune opinion personnelle/ ce n´est pas moi,/ c´est mon frère jumeau// tu ne me connais pas.

PAROLES DE NEZAHUALCOYOTL

Moi, Netzahualkoiotl je demande:/ vraiment nous avons des racines dans la terre?/ Pas pour toujours dans la terre/ seulement un peu de temps ici./ même en jade ça se brise, même en or ça se casse//même en plume de quetzal ça se déchire/ pas pour toujours dans la terre/ seulement un peu de temps ici//

Je suis ivre, je pleure et me tourmente, / Je pense et me parle, et me dis en moi-même : / Si la mort jamais ne venait, / Et si j’étais sûr de ne jamais disparaître ? / Là où la mort n’existe pas,/ Là où elle est réduite à merci, / C’est là-bas que je m’en vais… / / Si la mort jamais ne venait, / Et si j’étais sûr de ne jamais disparaître?

Mes fleurs ne s´épuiseront pas/ mes chansons ne s´arrèteront pas, moi, je les élèverai/ et elles s´éparpilleront là-haut / quand les fleurs se fâneront elles seront emportées là-bas/ à l´intérieur de la maison/ de l´oiseau des plumes en or

DEUX ÉTOILES

Deux étoiles sont apparues au bord du ciel/ après la mort de deux amis musiciens/ quoique leur lumière soit fade/ elles brillent dans lnos coeurs.// L´un aimait les cantines mexicaines, / l´autre les clair-obscurs du néon/ tous les deux avaient la musique dans leurs veines/ et une envie de vivre à mourir.// Marco Antonio n´avait pas une voix agréable/ mais un caractère et un bagou exceptionnels./ Même si on ne comprenait pas ses chansons en anglas/ il y avait une grande émotion dans les chansons de Josetxo// je ne sais pas s´ils se sont rencontrés quelquefois, / maintenant ils sont dans le ciel parmi les mythes humbles .// Deux étoiles sont apparues au bord du ciel, / elles brillent dans nos coeurs.

NOUS ET MOI

On sort ensemble depuis qu´on est petits, l´école, la peña, et la saint-Fermin./ en hiver bien, en été aussi/menant à bout tout tout ce qu´on voulait faire./ Nous n´avons pas beaucoup de besoins : les dîners, le football. Eux, onze, nous dix/ tous ensemble nous avons la force qu´il faut// Tu as crié: Vive moi et vive toi!!/ Ok, mon ami, mais dis-moi/ qu´est-ce que tu dis des autres?// Nous ne sommes ni vieux ni jeunes/ il s´est passé longtemps / je crois qu´on vivra encore un peu plus,/ avec la bénédiction des dieux/ Je ne suis pas si sûr qu´avant/ j´ai commencé à avoir peur,/ já i avalé des milliers de mensonges, l´avenirme fait peur.Tu as crié: Vive moi et vive toi!!/ Ok, mon ami, mais dis-moi/ qu´est-ce que tu dis des autres?

À CÔTÉ DE LA MER

Je voudrais être à côté de la mer, entouré de salpêtre,/ le coeur battant au rythme des vagues/je voudrais passer les heures en face de la plaine marine,/tout désir perdu dans l´horizon lointain.//m´asseoir en haut de la falaise pendant la marée haute,/ me promener sur la plage à la marée basse.//Je voudrais vivre à côté de la mer,/ contruire ma maison là-bas/ là où je puisse écouter les vagues prochaines.//Me promener tous les jours de l´équinoxe,/ et dormir sous les étoiles durant le solstice d´été.// Je voudrais être à côté de la mer , / dans le royaume des bikinis , des chansons des Uskis dans le MP3, un mojito à la main// Mème si je suis de l´intérieur, je rêve avec les voiliers , même si je ne sais pas naviguer/ je voudrais me jeter dans la mer.

J´AI ÉCHOUÉ

Tu as un problème et j´ai voulu faire quelque chose pour toi/ sans savoir en quoi t´aider/ j´ai vite oublié ce que je voulais faire./ J´ai échoué, j´ai échoué/ Si quelqu´un est en train de passer un mauvais moment/ il faut s´approcher de lui avec intérêt/ je me suis éloigné de toi et/ mon intérêt n´a servi à rien./ J´ai échoué, j´ai échoué./ Si tu finis par terre dans la rue/ accablé par la dépression/ ce ne sera pas de ma faute/ peut-être alors je pourrai être un appui pour toi, mais, pendant ce temps, j`ai échoué, j´ai échoué.

CE SOIR

Je ne sais pas ce que je ressens ce soir dans mon intérieur,/ dans mon coeur, dans mon esprit. / C´est comme si une lumière s´était éteinte/ je suis perdu dans la nuit obscure, jusque quand? Jusque quand perdu dans la nuit obscure?/ pour me calmer j´ai fait une pause,/ cinq minutes après j´ai recommencé à me faire des soucis/ quand j´étais dans mon meilleur moment, abattu …/ Je pourrais me débrouiller dorénavant? Dorénavant je pourrais me débrouiller?// La voix perdue, les muscles sans force, / l´air me manque , écoeuré…/ je voudrais chanter, mais impossible!!//Ce soir je ne sais pas ce que je devrai faire/ si je n´obtiens pas l´aide de mes amis/ je joignerai ma voix à la votre , l´un à côté de l´autre on chantera/ onchantera l´un à côté de l´autre.

LA SAISON DE DANSE VA SE TERMINER

Comme je n´ai pas appris à danser / l´arin-arin, le mambo et le twist, / je suis resté loin des pistes de danse quand j´étais jeune.// Au moins dans les fêtes des villages je faisais des essais timides, / je suivais mal le rythme/ je soutenais très bien le verre.// La saison de dans va bientôt se terminer.// Comme le rock, le vals ou le ska étaient plus faciles / je les dansais de temps en temps/ je trébuchais maladroitement.// Maintenant j´ai envie de danser / je vais suivre des cours: / Ma ceinture et mes jambes sont en forme, / mais j´ai la même honte de toujours/ la saison de danse va se terminer.

DANS LA NEIGE

Dans la neige,/ quand le passage du temps se relentit / et les traces vont en avant et en arrière. des raffales de vent qui soufflent,/ des flocons en l´air, à la dérive.// Sous la neige,/ quand tout est caché / et les rêves s´assoupissent entre les draps blancs/ Vent violent, orageux, / des flocons en l´air, à la dérive.// Dans la chute de neige,/ quand le verglas congèle le monde/ et dans les bramches, se posent les oiseaux muets.// Dans le vent froid, silence, / les flocons en l´air, à la dérive.

FAN, FAN, TRÈS FAN

Nous avons un ami, fan fanatique/ Là où va le group il va lui aussi/ gràce à lui on sait que nous sommes bons musiciens/ et combien perdrait le monde sans nous.// Toujours à côté de nous fan fanatique/ On n´a besoin de rien , /ni manager, ni disque, même pas de réseau./ Lui c´est notre voix/ On n´en a qu´un seul, mais ça suffit pour nous.//Nous on va s´éteindre, mais pas le fan fanatique/ Tant qu´il aura un souffle/ il ne se rendra pas, même dans se tombeau/ il proclamera la grandeur des Balerdi-Balerdi/ Nous n´en avons qu´un mais c´est sufisant.